Accueil CV Liens Autre Galeries Contact Livre d'Or


**********

C'est comme ça, régulièrement, on a besoin de sa dose de Yellophone : ça tombe bien, hier soir le groupe se produisait sur la petite scène du Gambetta, dans le XXème. Au gré d'un show alternant morceaux planants et dansants, on a pu constater la montée en puissance, la progression irrésistible de ce terrible trio.
Yellophone, c'est d'abord un style propre, au carrefour des meilleures influences : brit pop, rock pur et dur, électro, new wave...
C'est un son à part, l'oreille tendue vers les classiques, le regard braqué vers demain. On est emporté par l'évidence des mélodies, bousculé par l'audace des arrangements. D'un morceau à l'autre, on est pris sans cesse à contrepied entre la caresse et le coup de poing. C'est de la musique vécue avec
le coeur et balancée avec les tripes, et c'est pour ça qu'on en redemande.
Yellophone se produit régulièrement sur les scènes parisiennes. Ne les ratez pas : dans quelques années, quand ces trois garçons seront devenus célèbres, on se remémorera leurs débuts en se disant "j'y étais".
Paris, le 29 juin 2006
http://mrkaplan.over-blog.com/
 



**********

« Yellophone, Trio d’électro pop rock dans lequel on retrouve le lyrisme de Radiohead, les saveurs mélodiques des Beatles, la hargne de Placebo, et l’ironie de Blur. Bref un voyage passionnant, et une recette unique qui fonctionne à merveille.
(F.B)» 


**********

Pour cette troisième édition du “concerlive", la Mairie de Courcouronnes a choisi de mettre en lumière le groupe YeLLoPHONE : Une formation qui a le goût de la scène et du mélange des genres. YeLLoPHONE affectionne des lignes mélodiques à base de pop, de touches électroniques et de rock doux et violant à la fois (…)YeLLoPHONE totalisent prés d’une cinquantaine de concert en région Parisienne. Peut-être de futures stars ? (…) 
Le Parisien – Février 2006  


**********

Un groupe captivant les qualités couplées d'une pop mélodique endiablée, quasi trip-hop, avec une électro énergique assez surprenante, le tout dans un trouble éthéré et organique, chaud et extatique.
 
LYLO mai 2005 (n°196) 
  



**********

Cette fois c'est au tour de l'électro pop de se faire une place dans les pages d'artZine.Yellophone c'est 4 personnes partant d'une souche pop tous unis sous les couleurs de l'électro: Basse+chant (tout à son honneur pour cette belle multi-casquette!) / batteur/Guitariste/DJ.Ca fonctionne à merveille. L'électro-mix du DJ et de la batterie apporte un bon jus rythmique acidulé et le duo basse-guitare assez d'acoustique pour ne pas se retrouver dans un monde trop aseptisé. Quand elle n'est pas passée au vocodeur (désormais trop typé Air), la voix tient un peu de Martin L. Gore des dépoche Mode (Behind an Allien).Le côté un peu 80's allié à une électro-rock reprend un peu des rinôçérôse et les passages plus aériens (How to ?) rappellent parfois à du Alpha. Rassurez-vous, ces comparaisons sont plus là pour vous donner une idée plus précise de ce à quoi vous attendre. Yellophone garde une identité bien à lui et n'est pas une pâle copie de ...." en plus.Le paysage électro-pop français n'est pas si énorme que cela et ça fait bien plaisir quand en plus ce qui en ressort est de bonne qualité! Yellophone tourne depuis le début 2005 pour défendre son 5 titres, n'hésitez pas à passer les voir si ils tournent dans votre coin, ça sera sûrement un peu l'occasion de bouger votre c.. enfin bon, vous voyez quoi! 

H. - Art'Zine (avril 2005)
 



********** 

Revue de presse internationale titre par titre: 

"Close Dawning"
Here is a song that grabs you right away and keeps your interest all the way through. It's melodic with an electronic edge that is utterly fascinating and will appeal to a wide variety of tastes, through the clever combining of a variety of different sounds into a song that that is as inspired as it is unusual.  The vocals are soothing and personal, reminding me of Radiohead's "Creep." The beats are crunchy and the bass is phat, almost reminiscent of Nine Inch Nails. The guitar and violin are equally smooth and pretty.  In addition to the exceptional structure and composition of the song, the production itself deserves a special mention. The levels are perfect, the sound effects aren't overpowered, everything is where is should be, and there are many pleasant little sounds that flutter around and make me smile. Whoever did the studio work for this track deserves a pat on the back.  Another thing that struck me is in how it ends - so many bands almost completely neglect the ending of their songs, opting to use a fade or a halt; here, however, the song drifts into a beautiful piano line that is simply haunting.  "Close Dawning" is an excellent song clearly produced by an artist of considerable
skill, passion, and talent. High-five's all around. 
 

J. Bethell Staff Reviewer, GodsOfMusic.com deekaph@unlogical.org   


 *
Close Dawning Appena ho sentito ila tua canzone, mi è sembrato di entrare in una  stanza degli specchi, dove ogni suono si riflette, deformato, in un altro, dove l'austerità diventa ironia, dove i toni composti del passato si sfocano in un riverbero frammentato di riferimenti privo di bussola.Destrutturazione e ironia sono i due elementi  che mi hanno positivamente colpito.Mi è venuta spontanea una analogia con l'ultimo radiohead, per un certo molle disfacimento del suono nel grembo dell'elettronica.Il tuo brano una un misto tra  i Beatles , tortoise , inizia su suoni filtrati che paiono venire dall'ultimo singolo daft punk, dopo una tale sequenza in piena picchiata, un attimo prima del crash definitivo, arriva  forse l'unico difetto, la voce troppo a falsetto progressive troppo ostentatamente  beatlessiana, 

voto 7/10
 ROSSINO GIUSEPPEItalia/Roma   


*lunatic eyes
 This song is a rollercoaster ride, taking you from the depths of cacophony up to jaw-dropping melody. I played it a multitude of times, not merely for the purposes of reviewing, but because it is such a good song.  This band is French, based in Paris, but music is not limited by international boundaries. It is at times like this that you are glad the internet exists to let you listen to such diverse types of music. This is not going to get airplay on national radio; it is too intelligent for that.  The song has elements of the Beatles vocal styles and Radiohead electronic experimentation, but in no way is it a copy. Those are the two nearest comparisons that can be made.  The vocals are distorted in the verse. If it were a little clearer, the verse would be fantastic too. The vocal chorus and harmonized parts, however, sound wonderful, with a dreamy feel.  The electronic background of the song is great, building steadily: good solid drum loop, nice steady bass, lot's of sound effects, but where the song really excels is when the acoustic guitar comes in. It all fits together beautifully - even the noisy cacophonous parts somehow seem like they belong.  The end seems to die off a little bit with TOO much chaos, but that is just a minor criticism. I am at a loss to come up with many things to improve this.  Do the reviewer and the artist a favour; listen to the tune 3 times before you judge it - by then you will be hooked.  

Chris Betteley
 http://www.kainam.co.uk